Retour

Le leadership conscient

Nous sommes tous concernés par le leadership, dès lors que nous sommes acteur de notre propre vie, dès lors que nous portons un projet ou que nous décidons d’entreprendre. Nous le sommes tout autant dans notre vie personnelle au quotidien, quand nous éduquons nos enfants par exemple ; que dans nos entreprises.

Le mot leader, issu du verbe anglais « to lead » provient de la racine indo-européenne «leith», qui signifie aller de l’avant, franchir un seuil.

Formuler l’air du temps, c’est cela aussi, le leadership. Mettre des mots sur une réalité vécue, la mettre en forme, la penser ; la verbaliser. Ensuite la faire sienne, puis l’intégrer, la mettre dans la forme, c’est-à-dire l’incarner.

Nous nous trouvons à un carrefour historique et stratégique singulier.

Quête de sens

Dans une société en pleine transition et un marché sans croissance, de plus en plus d’individus créent leur travail plutôt que ne cherchent un emploi. Comme un appel à trouver sa juste place et privilégier la qualité d’être au « toujours plus », c’est une véritable quête de sens associée à une capacité créative et à un don pour se relier et agir autrement qui va remodeler le monde du travail. Ainsi l’âge de l’entreprenariat a t’il commencé.

Empowerment

Dans un même temps, ce que les américains nomment « l’empowerment » des individus, c’est-à-dire une multitude de personnes, plus éduquées, plus fédérées, plus connectées, plus exigeantes constitue une puissance regroupée qui peut faire bouger les lignes sur les conditions sociales, économiques, écologiques (etc…). De nombreux courants socio-culturels s’interrogent ainsi sur notre manière de produire et veulent établir une distance par rapport aux excès de notre société. En capacité de créer de nouveaux modes de vie, ils sont inspirés par la volonté de résoudre les problèmes réels. 

Révolution numérique

Ces nouveaux modes de vie qui reposent sur le niveau du bien-être individuel et collectif sont facilités et favorisés par la révolution numérique. Les innovations touchent tous les domaines de l’activité humaine : santé, éducation, médias, sciences, économie, politique … Le digital transforme notre société, notamment nos métiers et la manière dont nous les exerçons. Beaucoup sont amenés à disparaître au profit de nouveaux qu’il reste à inventer. De nouveaux horizons s’ouvrent grâce à l’extraordinaire changement que constitue l’accès au savoir offert au plus grand nombre.

Ces différents aspects notamment, sont les signes d’un saut qualitatif dans notre société.

A ce saut qualitatif correspond l’émergence progressive de nouvelles formes d’organisation, de sensibilité et de conscience.

Incarner le leadership

Les individus adaptent tout d’abord leur style de vie individuel à cette nouvelle conscience : sobriété volontaire, partage, engagement associatif, créativité… Puis ils ressentent l’envie ou la responsabilité d’élargir leur engagement dans un cadre plus collectif.

Ainsi, nous sommes en train de passer d’un paradigme de domination à un paradigme de partenariat.

Le premier modèle se caractérise par des structures sociales autoritaires et des hiérarchies pyramidales aux nombreux échelons. La norme, une forme de subordination mêlée de peur justifie que quelques uns dominent les autres, (domination de l’homme sur la femme, des hommes sur la nature …).

Alors que le second est un modèle de la réalisation de soi qui développe notre capacité à entrer en résonance les uns avec les autres et révèle la confiance mutuelle, l’équivalence, où chaque avis compte. Dans des hiérarchies plus plates, où l’on appose plutôt que l’on oppose pour compléter et mobiliser toutes les ressources, le degré de peur et de violence est faible.

Nous sommes exactement dans cette transition, dans le passage d’un modèle à un autre.

Nous sommes ainsi tous appelés à soutenir et à faire croître les facettes d’un même mouvement évolutif, dans lequel nous nous apprenons mutuellement.

Mais pour le rendre possible, on ne peut faire l’économie de se demander si on est bien en partenariat avec toutes les parties de soi, y compris nos contradictions, y compris les aspects de soi que l’on ne peut pas voir, que l’on ne connaît pas encore, y compris nos motivations inconscientes liées à des peurs ou à des blessures anciennes qui nous limitent ou nous font souffrir.

La connaissance de soi a pour objectif de nous éviter de subir ces états-là pour mieux les reconnaître, mieux les comprendre et surtout mieux les vivre.

Dans une époque où tout lié, où l’on se connecte à internet instantanément, il est essentiel de se connecter aussi à soi.

Car c’est le rapport à soi qui va structurer toute la personnalité.

C’est la relation à soi qui détermine le rapport aux autres, à notre travail, à notre famille ; qui détermine nos attentes, nos sources de motivation ; notre manière de penser, de nous comporter, d’agir et de communiquer.

Il s’agit donc d’un véritable investissement pour que l’évolution se passe aussi au travers de nous en apprenant notamment à lâcher nos auto-limitations, et permettre ainsi à notre potentiel de se libérer. Notre talent se développe grâce à une vision claire de la réalité et une juste conscience de soi.

Devenir un leader conscient et efficient, c’est relier la connaissance de soi et ses corollaires : 

  • Intelligence relationnelle: bien comprendre et être bien compris pour faire des choix plus justes ;
  • Intelligence collective: s’épanouir davantage dans un cadre libre de conflits qui favorise lien et créativité ;
  • Intelligence intuitive : améliorer l’efficacité des décisions avec davantage de perspective et de sagesse ;
  • Intelligence émotionnelle : apprendre à cultiver les émotions positives pour se ressourcer et à s’apaiser soi pour ne pas prendre les autres en otage

Alors on peut s’inviter soi-même à franchir un seuil et convier les autres à le franchir aussi.

– Ingrid Wenzel
Retour

Devenez ce nouveau leader dont notre monde a tant besoin

Nous vivons la fin d’un cycle. Notre société opère un saut qualitatif.

On va passer d’une société où règne la compétition à une société du partenariat, où les individus s’apprennent mutuellement.

Si nous sommes tous concernés par le leadership (cf le leadership conscient par Ingrid WENZEL), sommes-nous désormais prêts à incarner ce changement ?

Car la notion de leader emprunte encore à l’imaginaire du héros charismatique, dont on attend beaucoup, l’image du sauveur de ce dont nous sommes incapables de nous sauver nous-mêmes.

Même si nous aimerions parfois croire à une formule magique, et si les apparences rendent plus facile d’être subordonné à cette croyance, l’évolution en cours ouvre pourtant la voie du leadership conscient, celle des héros qui avancent en équipe, en intelligence collective.

Cette transformation fait émerger un nouveau paradigme. Chacun devient son propre leader et participe à co-créer un monde dans lequel on a tous envie d’interagir.

Changer de niveau de conscience

 « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » disait Einstein.

Autrement dit, pour résoudre la cause des difficultés, il nous faut changer de niveau de conscience.

Changer notre niveau de conscience, c’est d’abord changer nous-mêmes.

Cette approche inclusive et holistique dépasse les clivages, permet à chacun de trouver sa place, tout en se reliant aux autres ; l’autre n’est plus vécu comme un adversaire, mais comme un partenaire !

Ce nouveau paradigme est caractérisé par un meilleur équilibre entre les valeurs masculines et féminines.

C’est l’émergence d’une sorte de « super cerveau » – non physiologique – qui intègre les deux cerveaux droit et gauche.

Il ne s’agit pas de l’être féminin, ou masculin, mais bien de la possibilité pour chacun d’entre nous de mobiliser les capacités du cerveau droit – dit féminin – intuitif, global, capable de lien et de créativité avec la rationalité du cerveau gauche, analytique, logique et conceptuel.

Ainsi une nouvelle culture de « mutants » transforme t-elle peu à peu l’écosystème français. Leur apparition inaugure une nouvelle façon de vivre et de penser capables de résoudre les problèmes réels. Ces nouveaux modes de vie reposant sur le niveau de bien-être individuel et collectif, changent tous les secteurs de l’activité humaine.

Les mutations nous invitent à réformer les modèles de direction, de management, d’organisation et de communication de nos entreprises. Ainsi, les domaines stratégiques doivent être appréhendés non plus de manière isolée, mais bien holistique, comme un tout.

Et à niveau plus global encore, elles provoquent la transformation de l’éducation dans tous ses aspects, mais aussi des structures sociales, du travail, des réseaux sociaux, des médias, de l’économie, des sciences, de la santé, des habitudes alimentaires, du transport, de l’utilisation de l’énergie, des villes, de l’habitat,  de la politique et même de la spiritualité…

L’évolution se situe donc à plusieurs niveaux, visible dans les institutions, les organisations et les entreprises et moins directement visible, à l’intérieur de nous.

Nous sommes ainsi tous appelés à développer un leadership conscient, c’est-à-dire développer une vision claire des choses et une juste conscience de soi.

Pas facile !! Comment y parvenir ?

En se connectant à soi.
 

Prêts pour le changement ?

Comment savoir si l’on est prêt(e) à accompagner cette mutation, qui est en fait une véritable révolution ?

Est-ce que pour vous :

  • privilégier la qualité d’être est plus important que posséder « toujours plus » ?
  • la sobriété volontaire est source de joie ?
  • l’autre est équivalent à soi c’est-à-dire ayant une égale valeur intrinsèque ?
  • l’éducation contribue à un monde meilleur ?
  • trouver du sens dans ce que vous entreprenez est une condition sine qua non ?
  • le besoin de vous ressourcer, de méditer, de développer des émotions positives devient indispensable ?

Si vous répondez oui à au moins une de ces questions, c’est que vous êtes prêt à accompagner cette mutation, nécessaire et difficile.

Cela signifie que vous êtes disposez à développer une perspective et des valeurs plus grandes et plus inclusives : des valeurs humaines relationnelles, coopératives, de l’empathie, et du sens.

Vous portez attention à la qualité de relation avec soi, et aux autres; appréciez la complémentarité des points de vue et avez la volonté de collaborer et de servir.

Devenir plus conscient, faire des choix plus justes en laissant émerger la créativité et la positivité au service de l’évolution et du bien commun.

Un tel leadership engage simultanément des processus de changement de notre mode de fonctionnement individuel et collectif ; en relation équilibrée avec la nature, la communauté humaine (et du vivant) et le sens de la vie.

Plus la diversité est présente, plus les synergies entre les éléments et les êtres sont possibles, plus ils sont autonomes, résilients et bénéficient individuellement et collectivement de la formidable opportunité d’un monde où tout est lié, et dans lequel chacun peut créer son écosystème et s’y épanouir.

– Ingrid WENZEL
Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google